MENU

L’expérience internationale de Quinn Kennedy et Spencer Gill

Photos : Matthew Murnaghan / Hockey Canada

RIMOUSKI, QC (15 novembre 2022) – La semaine dernière, Quinn Kennedy et Spencer Gill prenaient part au Défi mondial des moins de 17 ans, présenté à Langley et Delta en Colombie-Britannique.  En considérant le camp d’été, c’était la deuxième fois que nos joueurs portaient l’uniforme de l’équipe canadienne.

Pour nos deux joueurs, le fait de porter les couleurs de notre pays pour une deuxième fois à l’âge de 16 ans représente un rêve qu’ils cultivaient depuis leur tout jeune âge.

« C’est un feeling incroyable. En grandissant, tu regardes toujours le Canada au Championnat mondial junior. Le Canada a toujours de bonnes formations compétitives et a remporté le tournoi à plusieurs occasions. C’est très excitant à voir et ça donne vraiment le goût d’avoir la chance de participer à ce tournoi. », mentionnait l’attaquant Quinn Kennedy à son retour.

De son côté, Spencer Gill était lui aussi un observateur attentif du Championnat mondial junior dès son jeune âge.

« Comme enfant, tu rêves de représenter ton pays à ce niveau, donc c’est très plaisant de pouvoir le faire. On grandit en regardant le Championnat mondial junior et c’est la première étape vers cet objectif », disait le numéro 15 de L’Océanic.

LA RÉALISATION

Pour des jeunes de cet âge, il est totalement normal de se questionner sur une multitude de sujets. Qu’en est-il lorsqu’on réalise qu’on a le talent pour faire partie d’un programme comme celui-ci?

Action_Quinn

« À mon année midget, à la fin de la saison, je me suis fait repêcher ici et je ne savais même pas qu’il y avait un camp d’été pour le U17. Après avoir reçu l’appel d’invitation pour le camp d’été, j’ai réalisé que c’était quelque chose de gros. C’est une chance excitante et en allant au camp j’ai compris que je pouvais compétitionner avec les autres joueurs canadiens de mon âge. », ajoutait l’attaquant natif d’Upper Tantallon en Nouvelle-Écosse.

Pour Spencer, c’était différent puisqu’il connaissait le programme en raison de son grand frère évoluant à Rouyn-Noranda, le défenseur Dylan Gill.

Action_Spencer

« Je savais qu’il y avait un camp d’été parce que mon frère avait fait partie du processus, sans avoir la chance d’y participer à cause de la COVID. J’ai compris que je pouvais compétitionner avec tout le monde au camp d’été après avoir vu le talent présent et en ayant joué des matchs. », rajoutait Gill.

L’AJUSTEMENT AU STYLE DE JEU

Évidemment, le fait d’évoluer uniquement avec des joueurs de leur tranche d’âge faisait en sorte que le style de jeu était quelque peu différent de ce qu’ils ont vu jusqu’à présent dans la LHJMQ.

Action2_Quinn

« Pour moi, je trouvais qu’après le premier match j’avais beaucoup plus de temps et d’espace avec la rondelle. Comparé à notre ligue, les joueurs étaient moins agressifs et physiques sur le porteur de la rondelle. C’était un style de jeu un peu plus skills. », partageait le numéro 88 de L’Océanic.

Les deux joueurs étaient d’accord pour dire que le style de jeu lors du tournoi leur permettait davantage de se concentrer sur l’exécution.

IMG_7300

« J’ai trouvé moi aussi que le style de jeu laissait place à plus de temps avec la rondelle. C’est aussi différent d’aller dans une bataille à un contre un avec un joueur de 20 ans qu’avec un joueur de notre âge. », mentionnait le natif de Riverview au Nouveau-Brunswick.

AFFRONTER LES MEILLEURS JOUEURS DE SON ÂGE

Il ne serait pas surprenant que vous ayez déjà entendu le nom de Michael Misa si vous suivez le hockey junior canadien, ou ceux de James Hagens et Cole Eiserman si vous avez suivi le récent tournoi U17. De quelle façon on s’ajuste lorsque l’on affronte des espoirs comme ceux-ci?

« Honnêtement je les traitais de la même façon que les autres joueurs. Évidemment, ils sont des joueurs avec de grandes habiletés et on pouvait aussi le comprendre en voyant le nombre de médias qui suivent leurs faits et gestes malgré leurs 16 ans. En jouant contre eux on se rend compte qu’ils sortent tout de même du lot, mais je les ai traités comme tout autre joueur du tournoi. », affirmait Quinn.

Pour notre grand défenseur, c’était aussi plaisant d’avoir la chance d’affronter les meilleurs joueurs au monde.

« J’ai trouvé ça plaisant de jouer contre des joueurs comme eux, mais il faut les traiter comme n’importe qui. Tu joues ton match et tu gardes le même style de hockey. », rajoutait Spencer à ce sujet.

LA SAISON À RIMOUSKI

Maintenant de retour à Rimouski, comment nos deux joueurs voient-ils le reste de la saison avec l’équipe de toute une région?

« Je crois que nous avons une équipe avec beaucoup de talent et d’habiletés. Ça peut faire beaucoup de dommages cette saison. Parfois on ne joue pas notre meilleur hockey, mais quand on joue de la façon dont on est supposé on est vraiment dominant. », répondait l’attaquant de 16 ans.

RIM_KennedyQuinn_20222023_Action_1

D’autre part, Spencer Gill trouve lui aussi que lorsqu’on voit les vraies couleurs de L’Océanic, l’équipe devient redoutable face aux formations du circuit Courteau.

20221007-CHIvsRIM-089

« On a eu un lent début, mais on retrouve notre hockey en ce moment. On a battu l’une des meilleures équipes en Sherbrooke et ça prouve que nous pouvons compétitionner avec n’importe quelle équipe. Je suis très content de voir ce que l’on peut accomplir pour le reste de la saison. », affirmait notre plus jeune défenseur.

Au nom de toute l’équipe, félicitations pour vos exploits et bon retour à Rimouski!

plus de nouvelles
La série de victoires sur la route s'arrête à deux.
Il y a 1 jour
Merci pour toutes ces années Pascale
Il y a 2 jours
Une tradition instaurée à Rimouski
Il y a 5 jours
Une première victoire en prolongation cette saison
Il y a 1 semaine
Défaite... Océanic (0) vs Remparts (5)
Il y a 1 semaine
L'Océanic a compétitionné mais s'est heurté à un véritable mur !
Il y a 1 semaine